www.lejsl.com

La cheminée de la locomotive 241P17 s'est remise à fumer samedi 19 novembre 2005 sur le coup de 11 h 30 :
Un événement pour les bénévoles chargés de sa réhabilitation

Le Journal de Saône et Loire en a fidèlement rendu compte !

20.11.2005 Mise en chauffe hier de la loco 241P17
20.11.2005
Remise en chauffe de la locomotive à vapeur  « Princesse du Creusot »
21.11.2005
  La locomotive à vapeur 241P17 siffle à nouveau !
Images de la Princesse du Creusot par les membres CFC
           (FFMF - Laurent C. resp. CFC, & Thibaut 15ans)

20.11.2005

Mise en chauffe hier
de la loco 241P17

Yann Janaudy a félicité
Claudius Petit
pour avoir rallumé
la Princesse du Creusot

Allumage par le 1er chauffeur de la P

Moment exceptionnel pour tous ceux qui ont participé depuis 1993 à sa réhabilitation, la locomotive à vapeur 241P17 a subit hier matin une nouvelle phase importante, s'agissant de l'allumage de la chaudière et la mise en pression. Cette opération s'est déroulée en présence du premier chauffeur de la locomotive à savoir Claudius Petit qui est venu tout spécialement de la région Lyonnaise pour rallumer la « belle ».

« L'objectif est de monter en pression tout doucement ce week-end pour déceler les anomalies et si tout va bien lundi matin la locomotive roulera par elle même. » expliqua Serge Chevalier samedi.

La locomotive toujours dans sa phase d'essais, devrait faire sa première sortie sur le réseau SNCF au printemps, entre Etang et Montchanin.

Jean Claude Pierrat
© Copyright Le Journal de Saône et Loire www.lejsl.com
Retour haut

20.11.2005 www.lejsl.com
Classée monument historique
Remise en chauffe de la
locomotive à vapeur
« Princesse du Creusot »

La cheminée de la locomotive 241P17
s'est remise à fumer hier sur le coup de 11 h 30 :
un événement pour les bénévoles chargés de sa réhabilitation

Elle siffle !

L'opération de remise en chauffe s'est déroulée hier matin en présence du premier chauffeur de la locomotive venu de Lyon tout spécialement pour allumer le feu.

La réhabilitation de la locomotive à vapeur 241 P17 est entrée hier matin dans une des phases charnières de l'opération s'agissant de la remise en chauffe de la machine.
Cette opération consistait simplement si l'on peut dire, à la remise en chauffe de la chaudière afin d'assurer la mise en pression et déceler ainsi les éventuelles anomalies. « L'allumage consiste à allumer un feu de bois, que nous entretiendrons tout le week-end, ensuite, c'est-à-dire lundi, nous ferons un essai sur 100 mètres, la machine pourrait rouler ainsi sur elle même, ce sera l'occasion de faire des essais de freinage...» expliquait Serge Chevalier le président des Chemins de Fer du Creusot.

Il faut rappeler que les premiers boulons de cette machine fabriquée dans les ateliers des usines Schneider au Creusot en 1950 ont été démontés le 11 novembre 1993. En 2003 a eu lieu la mise sur roues suivie en 2004 de la mise en épreuve de la chaudière.

Il est vrai que cette belle machine à vapeur propriété de la ville du Creusot, classée monument historique, est un des rares monuments ferroviaires qui reste, d'une longue histoire entre la cité du Pilon et le chemin de fer, d'où l'attachement des Creusotins à cette machine exceptionnelle qui faut-il le rappeler a tracté des trains prestigieux comme Le Mistral ou La Flèche d'Or à des vitesses remarquables pour l'époque, 120 km/heure. Hier cette opération s'est déroulée en présence de Claudius Petit le premier chauffeur de la machine, âgé aujourd'hui de 94 ans. Ce dernier s'est déplacé tout spécialement de la région lyonnaise pour allumer la chaudière d'une machine qu'il a réceptionnée le 10 mai 1950 au Creusot.

« Au printemps prochain et si tout va bien, on fera des essais sur le réseau SNCF entre Étang et Montchanin...» indique Serge Chevalier. Ce sera encore un grand moment pour la Princesse du Creusot qui devrait siffler à nouveau lors d'un train inaugural prévu en automne 2006, après l'agrément final. Quant à cet hiver il permettra aux bénévoles de l'association de corriger certains problèmes techniques que la mise en chauffe aura permis de découvrir.
Jean-Claude Pierrat

© Copyright Le Journal de Saône et Loire www.lejsl.com
Retour haut

21.11.2005
Classée monument historique
La locomotive à vapeur 241P17
siffle à nouveau !

Serge Chevalier accueille Claudius Petit près de la machine. Quelques minutes plus tard, le feu sera allumé sous les applaudissements

Jean Claude Pierrat
© Copyright Le Journal de Saône et Loire www.lejsl.com

Cà fume !

Il était 11 heures ! Yann Janaudy est assis sur le toit de la machine, et peste contre la dernière soupape de pression qui lui fait de la misère : « On y va bientôt, il reste 2,5 mm de filets à serrer ! ».
Pour aller plus vite, Yann utilise ses pieds, tout le monde l'encourage, l'aide comme il peut.

Dans la cabine de la 241P17 Claudius Petit le premier chauffeur de la locomotive piaffe d'impatience, confortablement assis sur le siège qu'il avait utilisé de 1950 à 1952 sur le réseau SNCF, entre Dijon et Lyon, entre Lyon et Marseille. On devait apprendre que samedi, averti par Serge Chevalier le président du CFC, l'homme a fait le voyage exprès, pour ne pas rater cet événement majeur. « Ca y est, allez-y ! » lance Yann Janaudy il est 11 heures et des poussières, Claudius Petit allume le papier journal qui servira à mettre en chauffe la machine. C'est parti, le foyer se met à gronder, les appareils photos crépitent, on se félicite, applaudi, les cœurs battent la chamade.

La réhabilitation de la locomotive à vapeur 241 P17 vient d'entrer dans une des phases charnières de l'opération. « Cette opération consistait simplement si l'on peut dire, à la remise en chauffe de la chaudière afin d'assurer la mise en pression et déceler ainsi les éventuelles anomalies. » annonce le patron du CFC. On sait que depuis samedi une vingtaine de bénévoles se sont relayés jour et nuit au chevet de la locomotive pour alimenter le feu de bois et maintenir la pression.

Il est vrai que ce lundi, est prévu un essai sur 100 mètres et que la machine pourrait rouler ainsi sur elle-même, pour quelques essais dont ceux de freinage L'hiver permettra ainsi aux bénévoles de l'association de corriger certains problèmes techniques que la mise en chauffe aura permis de découvrir. « Au printemps prochain et si tout va bien, on fera des essais sur le réseau SNCF entre Étang et Montchanin. » précisait Serge Chevalier. Un grand moment pour la Princesse du Creusot qui devrait siffler à nouveau haut et fort lors d'un train inaugural prévu en automne 2006, après l'agrément final.

Jean Claude Pierrat
© Copyright Le Journal de Saône et Loire www.lejsl.com
Retour haut

241P17 : chauffe par le CF Creusot
(photos CFC71 modélisme - FFMF)

5n241P_chauf_loren22.jpg
Photo Laurent Chelminiak
5n241P17_chauf29.JPG
photo Thibaut ECUER 29
5n241P17_chauf35.JPG
photo Thibaut 35
5n241P17_chauf39.JPG
photo Thibaut 39
5n241P17_chauf40.JPG
photo Thibaut 40